AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion



 
><

Partagez | 
 

 Une note, un son, une mélodie, une joie...○○Cléo ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Une note, un son, une mélodie, une joie...○○Cléo ♥    Sam 4 Jan - 18:38



 
Olsen
Cléiona
 


 
La musique chasse la haine chez ceux qui sont sans amour. Elle donne la paix à ceux qui sont sans repos, elle console ceux qui pleurent.

 
       
       
   
 

         

             
Informations

                 ¤ Surnom : Cléo
                ¤ Origine : Anglaise
                ¤ Âge : 16 ans
                ¤ Classe : Première
                ¤ Sexe : Fille
                ¤ Groupe : Artiste
                ¤ Élève interne ? : Oui
                ¤ Orientation sexuelle : Bisexuelle
                ¤ Job : Assistante à la librairie


             

       
Image du personnage
 

   
Description

       

         
♪ Physique ♪

             
Une feuille foulée par le vent, le rire d'un enfant, une mélodie soufflée, une vie écoulée...
Une brise fraîche dans des cheveux châtains, des yeux bleus océan fixés vers l'horizon, une jeune fille qui rit sans raison. Des larmes de diamant, perlent sur ses joues d'enfant pour rebondir sur ses lèvres d'amante. Embellie par la lumière du soleil couchant, quelques perles salées glissent le long du nez recourbé, de la demoiselle heureuse, heureuse d’avoir enfin trouvé la mélodie.
Plutôt grande elle doit faire un mètre soixante-quinze, elle n'est pas grosse non plus. Sous ses vêtements nobles se dessine la silhouette frêle et fragile d'une poupée de porcelaine. Une petite poupée, fragile et immaculée, une peau blanche et des formes discrètes. Timide et féminine.
Sa peau est fine et transparente, et ses longs cheveux encadrent ce visage angélique et sage, cette moue si expressive, constant parfaitement de par leur couleur. On dirait blanche neige, sortie tout droit d'un conte de fées, la seule différence est que ses cheveux sont châtains et ses yeux océans.
Assortis à ses cheveux, ses vêtements sont souvent clairs, assortis à son esprit, ils sont fins et légers, laissant entrevoir que ses épaules et ses jambes très souvent. Lorsqu’elle chante, elle devient tout autre. Ses vêtements correspondent à son énergie et leur couleur à son esprit. Chaque face d’elle est plaisante car elles sont très différentes.
Mais je vous laisse la découvrir en plusieurs détails vous-même, car même si elle n'en a pas l’air, elle n’aime pas qu’on la décrive car pour elle chaque partie de son corps est unique.
             

       

       

         
♪ Moral ♪

             
Une douce mélodie dans laquelle on ressent toute la mélancolie d'un dimanche d'été sous la pluie. Lorsque la forte chaleur enduit votre corps de sueur. Et que le temps devient lourd. Une jeune fille derrière un piano, le regard triste et le coeur en suspend. Elle ressent la musique passée dans tout son être. Lorsque l'air est doux et mélancolique elle l'est aussi, lorsque l'air et dansant et joyeux, enfin elle sourit...
Un halo de mystère l'enroule, tel le linceul de la nuit de l’oubli. Discrète et peu causante on la remarque à peine, douce et innocente elle peut se montrer attendrissante, mais les apparences sont trompeuses, personne n'échappe à cette règle, pas même notre poupée mystérieuse...
Même si elle paraît naïve elle ne l'est pas, capable de se montrer très intelligente à défaut d'être trop curieuse. Elle compense son manque de gaieté par sa musique et sa malice, une malice que l'on voit dans ses yeux lorsque nfin elle sourit.
Elle n'en reste pas moins discrète la musicienne... Timide et farouche, se montrant instinctive, parfois trop, libre comme l'air calme comme l'onde, elle est paradoxale, elle est douce et violente, peureuse et courageuse, froide et chaleureuse, détestable et aimante...
Sa vie est une mélodie, elle ne se sépare jamais de son médiator qui guide sa vie, elle chérit sa guitare, rythment ses rires et ses larmes. Malgré sa témérité, elle sait se faire aimer, elle se sert de sa musique pour montrer, pour parler, pour aimer, pour détester... Elle fait de sa musique sa voie, un chemin qu'elle entrevoit d'arpenter... Elle sait se montrer hautaine sous ses airs innocents car notre princesse est rancunière et têtue.
La vie de Cléiona est bercé par une mélodie, parfois sombre parfois pleine de vie, à vous de battre la mesure de son coeur pour avoir une ennemie ou une soeur....
             

       

 

 

   
Histoire

       
C’était un dimanche sous la pluie…

Une nuit lourde et sombre, la pâle lueur de la lune était obstruée par d'épais nuages noirs de pluie et d'orage. Les éclaires zébraient le ciel léchant les rues de la ville de vive et courtes lumières bleues. Pas la moindre brise de vent, mais une pluie battante. De grosses gouttes d'eau fouettaient les visages des hommes et les fenêtres des maisons. Bientôt, plus personne sauf un homme. William Olsen, son allure était rapide et déterminé, il courait presque chez lui. Mais sur son visage, aucun signe d'empressement, il était excité, simplement. Son pas était sautillant, et ses lèvres étirées en un sourire béat et idiot. Sa femme était restée à la maison, elle allait au moment même accouché. Le fossoyeur courut de plus belle à cette idée, rentrant chez lui totalement trempé.

Dans la chambre sa femme était elle aussi trempée, la sueur avait plaqué sur son visage angélique, d'épaisses mèches de cheveux blonds, ses grands yeux bleus se fronçaient à chaque contraction et ses mains se crispaient sur les draps blancs. Blanc? Plus pour très longtemps. Déjà la sage-femme arrivait et son homme se posait à son chevet. Mains dans la main. Le travail avait déjà bien commencé, les douleurs ne furent que brèves mains instances à chaque moment. Une adorable tête blonde vit le jour bien vite sous le regard attendrit de ses parents. Elle pleurait, ses yeux laissaient entrevoir la couleur de l’océan.

Grand fut le bonheur de ses parents de voir un nouvel être se tortiller dans tous les sens, encore naïf et si petit, ce bébé était magnifique. La petite fille aussi joyeuse que son père, avait hérité de la beauté de sa mère.


Un piano, un vieux salon, une histoire d’amour et de dérision…

Dans le salon, un piano noir sombrait la pièce claire. La mère de Cléiona, le regardait alors que des perles roulaient sur ses joues pâles, la nostalgie l’avait emportée et cette vague de souvenir lui fit couler quelques larmes. Voir grandir sa tendre fille ne sera plus possible pour cette mère malade. La petite elle était fascinée, par ce majestueux instrument qui trônait dans le salon, fier et magistral. La petite avait toujours été fascinée par l’instrument, elle avait vu les larmes de sa mère y couler, elle avait vu son reflet dans le bois vernis, mais jamais, jamais elle n’eut entendu le son qu’il produisait. Le jour de ses six ans, elle s’asseyait sur le siège recouvert de velours rouge, posait ses mains sur les touches d’ivoire et fit raisonner, le son de l’instrument qui l’avait tant intriguée, la mélodie n’était pas aussi douce et belle que celle que sa mère avait pour l’habitude de jouer, mais pour une première fois, on sentait la joie dans le morceau qu’elle nous jouait.

Les notes interdites se faufilaient, à la vitesse d’une brise matinale, rebondissant contre les murs et amenant dans cette terne journée, une joie qui n’était pas regrettée. Comme pour l’accompagner, un oiseau chantait à ses côtés, un petit rouge-gorge à la voix pure et enchantée. La mélodie se fit plus triste, suivant les humeurs de la jeune fille, elle se demandait pourquoi, pourquoi sa mère ne touchait plus cet instrument tout droit sorti du paradis. Sa bouche s’ouvrit alors, et surprise elle en sortit un son mélodieux qui engouffra toute la pièce. Elle se laissait porter par la musique, y mettant ses joies et ses peines, ses éclats de rire et ses sanglots, ses amours et ses peines.

Enfin la demoiselle put s’exprimer, et ce fut le début d’une histoire d’amour à jamais gravé dans son cœur, une histoire d’amour entre elle et la seule personne qui la comprenait, sa musique…


Le fossoyeur ne vient pas chercher que les autres…

Étendue sur un lit, blanche et toujours aussi belle, était étendue, la mère de Cléiona. Les yeux fermés, dans sa robe de mariée, elle dormait pour l’éternité… La petite était terrifiée, à huit ans, déjà confrontée à la mort et à la maladie, alors que l’on a besoin plus que tout de l’amour d’une mère, elle n’avait que sa solitude et son piano pour emplir ses journées. Elle avait vu la souffrance de sa mère, durant des mois elle avait dû la laver, brosser ses cheveux et la câliner. Supporter la vue de ses bras frêles et maigres la serrer, sentir ses os sous sa peau à chaque baisés… Les mois avaient paru des années, jusqu’au moment tant redouté… La mort de sa mère bien-aimée… Il ne lui restait plus que son piano pour pleurer.
Les notes ont raisonné, tout au long de la journée, un tombeau mystérieux, une marche funèbre tirant les larmes aux hommes les plus froids… Les notes s’enchainaient, la musique pleurait et Cléiona respirait. Elle était comme emportée, dans cette mélodie qui la faisait tant pleurer. Sur les touches, ses doigts n’étaient plus assurés, dans ses yeux les larmes avaient cessé de coulées, elle avait trop pleuré, ses yeux s’étaient desséchés…

Son père ne pouvait rester auprès elle tant de tristesse qui lui aussi l’avait emporté, la solitude était sa seule amie, la musique son amour, la joie son incompris et le rire son ennemi…


Le feu brûle, brûle et consume, par lui, le passé disparaît par lui, les espoirs sont brisés, par lui les rêves sont chimères et douleurs…

Un hurlement dans la nuit, une petite fille aux cheveux châtains sortant d’une maison en courant, telle une furie furieuse. Une épaisse fumée noire la suivait et des flammes rouges et intenses léchaient les murs de la maison. Son père la retenait, l’empêchant de bouger. Les bras de l’homme la repoussant à chaque fois qu’elle courait vers la maison. L’homme criait toujours plus fort pour la retenir, elle n’avait pas de voix mais de la violence. L’on sentait dans son regard, la haine et la colère, on voyait sur son visage toute la fureur qu’elle éprouvait, une fureur mise en avant par la lueur des flammes sur son visage. Elle poussait, frappé, pleurait… Son piano, son très cher piano, il brûlait… Sur ses lèvres se dessinait une grimace de douleur à chaque fois qu’une touche partait en fumée, une corde cassait, que le bois éclatait… Elle aurait préféré mourir que de vivre cela ! À cet instant même elle haïssait son père, elle haïssait le feu, elle haïssait l’homme qui avait mis le feu à sa maison…

Oui, c’était bien un homme qui avait allumé ce feu, un homme lassé, lassé de l’entendre jouer, lassé au point qu’il désirait la voir mourir, la voir souffrir, la voir pleurer et détester… Il avait réussi… Mais, malgré le mot qu’il avait laissé, personne n’avait trouvé le moyen de le retrouver… Elle se jura que, si elle mettait la main dessus, il n’aurait pas le temps de respirer, que son cœur serait déjà arraché…

Détruite par l’évènement, elle oublia la musique… Et fit de la solitude sa seule compagne…


Un vieil homme, une guitare, une ritournelle et la vie reprend son court…

L’hiver était rude cette année, les mendiants étaient tous à moitié mourants, y compris celui près de la place du marché… la petite allait souvent le voir, il n’était pas loin de la boutique que tenait son père et avait toujours avec lui un instrument que Cléiona aimait par-dessus tout. La petite ? Elle avait déjà 12 ans, était belle et fraîche, mais toujours aussi triste. Son piano réduit en cendres malgré sa maison reconstruite, jamais l’instrument ne fût remplacé… Le vieillard aimait lui apprendre la guitare, elle était douée et aimait beaucoup en jouer. Cela lui rendait parfois le sourire, elle pouvait à nouveau s’exprimer.
Ce jour-là elle apporta à son ami de quoi se réchauffer, mais celui-ci ne pouvait plus bouger. Il avait froid, trop froid… ses lèvres étaient bleues et ses doigts violets, Il tremblait comme en fou et avait perdu l’usage de ses mains… L’instrument aussi souffrait, Cléiona le ressentait. Elle le sortit de son étui pour le coller contre son corps, afin de le réchauffer… Les yeux de l’homme étaient vides, plus jamais il ne pourrait en jouer… Malgré la tristesse que lui portât l’idée de s’en séparer, il offrit à la petite l’objet qu’il avait tant aimé avant de poser son dernier souffle, sur la joue de la demoiselle…

La musique put redevenir une passion et un amour, un amour continuel et sans égal, elle dansait et chantait, enfin son sourire revenait. Enchanté par cette nouvelle, son père lui offrit lui aussi un présent, un médiator dont elle ne se séparera pas ! Enfin le sourire revint, les chants se transformèrent, donnant une musique moins sinistre et moins classique, car en associant guitare et le son de sa voix, une mélodie joyeuse et entraînante en sortit.


La vie, un nouveau départ, le Japon, un nouvel horizon, un nouveau lycée.

La joie n’est qu’éphémère, la mort est bien réelle et même les quelques bons hommes par valser avec elle… alors la tristesse nous entourent à nouveau, elle nous étouffe dans des bras trop puissants, trop sombres et trop pesants… Dans son linceul noir et glacial, elle nous pousse à nous sentir mal… La mort est cependant si sereine, elle est un sommeil sans fin où l’on est enfin en paix… Mais les vivants restants, comme Cléiona et son père, ne se reposent pas…
Elle avait 15 ans et un don pour la musique et un lycée où allé, pourtant son père n’étant pas de cet avis, voulut changer de vie et partit au Japon. Cléiona n’eut pas le temps de donner son avis alors qu’elle commençait déjà à remplir ses cartons. Elle regardait autour d’elle, voyant une pièce vide, bientôt sans vie, dans cette maison tant de choses s'étaient passé, la quitter serait pour elle lui enlevait tout péchés. Enfin une nouvelle vie lui ouvrait ses portes. Dérision et mélancolie, tous ses moments tragiques, tous ses souvenirs, toute cette haine, tout était fini, elle, elle les avait oubliés dans son pays natal.

Mais son intégration dans ce nouveau pays fut très rude, la langue était très complexe, mais elle réussit finalement à la comprendre et la parler grâce à sa musique qui encore une fois guidait sa vie. Elle aimait chanter en japonais car cela donné un tout nouveau rythme à sa vie. Qui aurait cru qu’un jour cette demoiselle peut être heureuse ? Tant de mauvaises choses lui étaient arrivées…

Après l’installation dans sa nouvelle maison, notre belle musicienne rechercha un nouveau lycée. Le lycée Lumen lui plaisait beaucoup, et vivre en internat lui plaisait encore mieux. Elle demanda l’avis de son père, et celui-ci déchirait par l’idée de ne plus pouvoir voir sa fille l’attrista mais le bonheur e sa fille passait avant tout, et cette dernière lui promis de lui écrire tous les jours.



       

 

 

 

   
Lycée Lumen


       ¤ Une rapide présentation ? (:  : Euh...je suis une fille, j'ai une certain, pour être précis, un an de plus que l'an dernier, je suis au lycée et plus tard je voudrais devenir journaliste, voilà, voilà :)
       ¤ Code du règlement : Validé par le beau Prof Kuro! -w-
       ¤ Remarque(s) sur le forum ? Simple, mais plutôt agréable.
       ¤ Premier compte ? Oui[x] Non[]
       ¤ Comment avez-vous trouvé le forum ? TOP-SITE  

 



Dernière édition par Cléiona Olsen le Dim 5 Jan - 14:30, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Une note, un son, une mélodie, une joie...○○Cléo ♥    Sam 4 Jan - 19:05

Bienvenuue Mamzelle :)
Bienvenue sur le forum, bonne chance pour ta présentation ;p
hâte de la lire, Une journaliste *0* :p
Au plaisir de te rencontrer sur la chatbox ^^
Revenir en haut Aller en bas

& doué en la matière
& doué en la matière
avatar


Âge : 20 ans
Orientation sexuelle : M'approche pas. J'acceptes tout le monde, mais pas n'importe quoi.
Job : Professeur de Sport
Messages : 654


Tous mes badges:

MessageSujet: Re: Une note, un son, une mélodie, une joie...○○Cléo ♥    Sam 4 Jan - 19:14

Bienvenue Cléiona! -w-
Je dois avouer que j'adore ta phrase "un an de plus que l'an dernier"! C'est vraiment très clair! yeah 
Sion, j'te souhaite de bien t'amuser sur le forum!
Passe sur la ChatBox quand tu le veux: on accueille bien les nouveaux! -w-

_-Kuro-_

~~~~~~~~~~~~

Onii x Kuro
Mis à jour le: 17/02/2015:
 


Hum? Me parler? Ok, mais pas en #3333ff, elle est à moi ... A moins qu'tu sois suicidaire...
Crédits: La grande majorité des images de mon personnage sont des Fanart fait par Palito-de-Pan (et retouchées par moi)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://masterxservant.forumactif.org/

Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Une note, un son, une mélodie, une joie...○○Cléo ♥    Sam 4 Jan - 23:37

Welcome ! o/
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Une note, un son, une mélodie, une joie...○○Cléo ♥    Dim 5 Jan - 1:27

Merci pour l'accueil ;)
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une note, un son, une mélodie, une joie...○○Cléo ♥    

Revenir en haut Aller en bas
 
Une note, un son, une mélodie, une joie...○○Cléo ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Théorie] Meloetta, le pokémon de la musique
» Médolie | Felinae ~ Future soldate | Chaton | Fille de Pamy | Petit esprit de mélodie
» Rice note les progrès "remarquables" réalisés par
» NOTE D’INFORMATION Chef de Mission et Porte-parole pour l’OIF au GABON L
» Warner Bros. acquiert les droits de Death Note

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lumen :: Hors-jeu :: Archives :: Anciennes fiches-