AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion



 
><

Partagez | 
 

 [Le réfectoire] Bento, Ô mon beau Bento [Pv Seraphina Zaira]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar

Invité


MessageSujet: [Le réfectoire] Bento, Ô mon beau Bento [Pv Seraphina Zaira]   Ven 28 Fév - 22:28



Les cours ... Les cours ... Et encore les cours ... Toujours les cours ...
Encore une chance que je suis plutôt douée en classe, sinon j'aurais déjà décroché depuis longtemps.
Surtout avec un temps comme aujourd'hui, le soleil brille de mille feux, aucun nuage à l'horizon juste une légère brise pour passer sur mes fines jambes.

Je n'attends qu'une seule chose ... L'heure de table. Eh oui l'heure pour manger. Eh ! Je suis une élève comme tout le monde, même si je suis ce qu'on appelle une intello.
Vous savez, j'ai un estomac comme tous les autres élèves. Eh oui c'est incroyable ! Prenez des notes ! Alors là nous avons le colon ... Hein ? What ? Ce n’est pas l'heure de donner un cours de biologie !

Mon ventre commence à me laisser entendre qu'il serait bien de lui apporter une substance solide. Oui de la nourriture, exactement.
J'entends déjà le bruit « Grrrr Brrrr Rrrr » il veut communiquer ça doit être ça, genre « Saiiiiichiiiiikoooo Jeeeee Souffreeeeee ». Eh bien mon vieux, tu dois encore patienter 10 minutes.

Mais qu'est-ce que 10 minutes quand on veut prendre l'air et manger ? Je vais vous répondre moi ! C'est une éternité ! Un supplice ! Les 10 minutes les plus lentes de votre existence !
Mon ventre ne s'arrête pas, non il continue de protester et de quémander. C'est la troisième Guerre Mondiale qui commence en moi. Bon ... Je vous avoue que j'exagère quelque peu. Mais osez me dire que je suis la seule à qui cette situation est arrivée. Ah beh vous faites moins les malins mes cocos ! Comme quoi on ne se sent jamais seul sur Terre, en même temps quand on voit le nombre que nous sommes ici, c'est terrifiant. Moi je ne saurais jamais faire une fête avec la Terre entière.
Non mais c'est vrai ... Il n'y aurait jamais assez de petits brownies. Je ne voudrais pas passez pour une mauvaise hôte.

Mais enfin bref ! Revenons à nos moutons.
Donc mon ventre fait du bruis ... Je pose mes mains dessus en espérant que personne ne l'ait entendu. J'aurais bien trop honte si on l'entendait.

Plus que 5 minutes, courage ventre de Saichiko. Je regarde l'horloge au mur. Sérieux, qui l'a mise là ?! Mauvaise idée, ça distrait et ça fait passer le temps plus lentement. En tout cas pour moi ça l'est.
C'est un peu comme si on vous mettait un brownie en vitrine alors que vous en êtes dingue, vous ne pouvez plus attendre. Non, impossible ! Mais vous n'avez pas le choix ... Vous devez être patient et vous taire, silencieux et docile comme un mouton (saleté de mouton ! Un jour je parviendrais à te dessiner, oui, je suis nulle en dessin. Si je fais mes rond bien rond c'est un vrai miracle mais par chance il existe des compas, je vénère les compas ... Ou pas).

La sonnerie retentit ! Délivrance ! Mon pauvre ventre affamé, ne t'en fais pas Super Bento va venir à ton secours. Heureusement que ce super héro de l'alimentation est là. Que ferait les estomacs sans lui ? Ils seraient bien tristes et continueraient leurs gémissements incessants. « Grrrr Brrrr Rrrr » encore et encore, jour et nuit.
Les pauvres, on ne peut pas les laisser sans défense. Il est de notre devoir de voler ... Qu'est-ce que je raconte-moi ?! Je m'emballe ou quoi ? Calme-toi Saichiko.

Il me faut un lieu pour manger ... Je me lève doucement de ma chaise et me  dirige vers la porte. Je dois avouer que je n'ai pas envie d'aller à la cafétéria, trop de monde. Je n'ai pas peur de la foule, c'est simplement que je veux manger le magnifique bento que j'ai fait en tranquillité, je sais bien qu'on viendra quémander pour que je donne un peu de ma délicieuse nourriture.
Je décide donc de partir manger sur le toit. Oui je sais, ça paraît fort cliché mais peu m'importe, j'ai toujours aimé cet endroit. En règle générale quand j'y vais il n'y a personne.

Je monte de ce fait les escaliers menant à l'espace au-dessus du bâtiment scolaire. Je vois au loin un garçon aux cheveux rouges. Peut-être que si je me déplace en silence, il ne me verra pas. C'est assez inhabituel pour moi de voir quelqu'un ici, en même temps. Mais bon, ce n'est pas grave, ce n'est pas lui qui va me déranger, enfin je pense.

Je sors ma boite de mon sac et l'ouvre. Je suis assise à terre avec les jambes croisées. Je me suis appliquée ce matin quand j'ai préparé mon repas, j'avais fait un petit panda, il est super mignon, je vous jure ! Vous n'avez qu'à regarder !

J'entends le bruit d'un avion qui transperce le ciel bleu, je lève la tête et le cherche. Et là face à moi ... Le garçon aux cheveux rouges ... Je ne bouge plus, complètement surprise.

Revenir en haut Aller en bas

Marie couche-toi-là

Marie couche-toi-là
avatar


Âge : 18 ans
Orientation sexuelle : bi
Job : A la libraire.. ah non c'est vrai je l'ai cramé.
Messages : 154

MessageSujet: Re: [Le réfectoire] Bento, Ô mon beau Bento [Pv Seraphina Zaira]   Sam 1 Mar - 5:59


Rencontre au gré d'un estomac



Seraphina n'avait pas physique-chimie aujourd'hui, ce qui réduisait sa motivation au travail à un degrés négatif. Le son de la sonnerie le tira de ses rêves nordiques où il était encore enfant, à courir dans les bois norvégiens et à admirer la mer. Les cours étaient enfin terminés !

Il laissa tous les élèves sortir avant lui.
A chaque midi c'était pareil...les lycéens plus ou moins matures se transformaient en masse grouillante d'estomac sur pattes sauvages, qui se poussaient et mordaient pour arriver à la cantine. Lui, il lui fallait du temps avant de sortir de sa torpeur, pour retrouver son cerveau. Et puis il fallait qu'il fume avant de manger, sinon la faucheuse représentée sur son sweat ne tarderait pas à se présenter chez lui en chair et en os.
Une fois revenu sur terre, et une fois la horde de barbares sortie en direction du champ de bataille qu'est le réfectoire, il se leva, mit son casque, le son a fond, attrapa son sac et monta lentement les escaliers menant au toit. Il croisa quelques racailles qui s'enfuirent après un puissant regard noir et sourire sadique.

*Mon Dieu ! Ce que j'aime faire peur à ce genre d'idiot ! * rigola-t-il au moment de pousser la dernière porte menant à sa destination.

Il se cala sur la rambarde du toit et regarda en bas tout en allumant sa clope. La vue était magnifique, le ciel était magnifique, même l'air lui semblait mieux qu'à l'intérieur. Il se perdit dans la contemplation de la ville au loin. C'est au son de la porte qui s'ouvrit discrètement qu'il revint sur terre. Il regarda la clope éteinte dans sa main. Ah bah bravo ! C'est très malin ça ! Il se retourna un peu pour voir l'intrus. C'était peut être encore un de ces rebelles qui voulaient le provoquer pour montrer leur force.
Ah ça serait cool ça ! Il aurait l'occasion d'en balancer un du toit pour étudier les effets d'une chute de 50m sur un corps humain... ça pourrait être très intéressant. Non ?
Sera se fendit d'un grand sourire à cette idée.
Hélas non, ce fut une petite blonde qui franchit le seuil de la porte pour aller s'asseoir loin de lui. Il n'avait certainement rien à craindre d'elle et ce n'était pas non plus le genre à aller embêter une fille sans défense.
Un gargouillement dans son ventre attira son attention. Ah oui c'était midi. Il fallait manger à midi, il avait faillit oublier. Il irait probablement manger en ville. Hors de question de mettre un pied sur le champ de bataille de la cantine. Il se retourna vers la sortie et chercha instinctivement son porte monnaie dans sa poche.
Il s'arrêta brusquement. Sortit sa main, la remit dans sa poche, vida toutes les poches de son pantalon, renversa son paquet de clope, sa mini-bouteille de rhum, son briquet, ses écouteurs, son porte-clés par terre et les regarda d'un air effrayé. Il n'y avait pas de porte-monnaie. Qui dit pas de porte-monnaie dit pas de sous pour manger, qui dit pas de manger dit souffrance pour le reste de la journée. Il avait oublié ses sous sur son bureau ! Par l'enfer...
Il jeta son mégot froid sur la tête d'un prof qui passait dans la cour de rage.
C'est alors que le bruit d'une boîte qui s'ouvrait parvint jusqu'à ses oreilles. Il se retourna vers la jeune fille de tout à l'heure et s'avança machinalement vers elle.

*Ma sauveuse !! * pensa-t-il.

Il doit être assez discret car même penché au dessus d'elle, elle ne le vit pas tout de suite, ce qui lui laissa le loisir de la regarder de plus près. En fait il restait bloqué sur ses yeux qui se reflétaient rouges à la lueur du soleil. C'était la première fois qu'il voyait quelqu'un d'autre avec la même couleur que lui, même si elle c'était naturel apparemment. Dans tout les cas, c'étaient de beaux yeux. Elle finit par enfin le remarquer. C'est pas trop tôt !

Il se racla la gorge en cherchant à expliquer sa situation le moins ironiquement possible.

-" Excusez moi, mais... Ah ...bah non c'était vraiment possible de dire à une inconnue qu'il avait oublié ses sous parce qu'il avait la tête grosse comme un melon ce matin.

-"Mais...euh.....et bien....j'ai faim." Au moins c'était clair et simple.
Il n'attendit pas la suite et s'assit en face d'elle, ne la quittant pas des yeux en attendant sa réponse.


© CN.JUNE, NEVER UTOPIA

~~~~~~~~~~~~


NON CE N'EST PAS MOI QUI AI FAIT EXPLOSER LE LABO JE VOUS JURE ! *MUR*

* P****n encore une lettre !
* Eh touche pas à mon journal ducon...
* Ceux que j'aime pas, et les autres. *
*Qui suis-je ?*

je vous fais peur en #ff9900

SeraXEmi...fufufu!


Dernière édition par Seraphina Zaira le Sam 1 Mar - 21:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: [Le réfectoire] Bento, Ô mon beau Bento [Pv Seraphina Zaira]   Sam 1 Mar - 19:12



Je me prépare à manger mon  super Bento. Il a vraiment l’air appétissant, j’y ai mis du riz avec des algues et tout ce qui s’en suit. J’ai pris un temps fou dessus ce matin et je suis relativement contente du résultat. Je le regarde encore quelques instants pour admirer le travail. Parce qu’il faut le dire, quand vous faites quelque chose d’aussi mignon vous ne voulez pas détruire tout de suite l’effort que vous avez investi dedans. Est-ce que je me trompe ? Non, je me disais bien.

Une ombre cache mon beau Bento. Je lève petit à petit les yeux. Je vois tout d’abord des chaussures et ensuite un pantalon, je remonte encore un peu plus haut et j’aperçois un sweat-shirt avec une faucheuse dessus. D’ailleurs j’ai l’impression d’avoir déjà vu ce pull à capuchon. Peut-être en magasin ? Ou bien quelqu’un d’autre le portait ? Si ça se trouve c’était lui. Je cherche mais je ne trouve pas. C’est ennuyant, je tente toujours de me souvenir mais je n’y parviens pas, ma sacrée mémoire me laisserait tomber maintenant ? C’est donc maintenant que je me rends compte que cette mémoire me joue des tours enfin … sauf pour les cours. Allez savoir pourquoi ?

Je continue ma lente ballade visuelle. Se trouve placé sur le sentier de ma promenade : une bouche, puis un nez et ensuite des yeux. Je m’attarde sur son regard, il a quelque chose de captivant comme si je me demande ce qu’il fait là. En fait c’est complètement cela ! Je me demande ce qu’il fait ici. De plus je viens de remarquer que l’iris de ses yeux a une ressemble avec la mienne. Est-ce que vous pensez que c’est naturel, comme mes prunelles ?

Je continue sur ma lancée et je regarde ses cheveux rouges qui flottent au gré du vent. Ceux-ci se posent sur son visage, devant ses yeux puis volent à nouveau dans l’air. On ne dirait pas que ça le dérange, non, au contraire il semble s’en foutre royalement, excusez-moi de l’expression. Je ne fais même plus attention à mon repas, ni au panda qui attend sagement d’être dévoré et même si mon ventre fait du bruit, je ne pense pas que j’y prêterais attention, il m’intrigue ce jeune homme.
Qu’est-ce qu’il me veut ? Et pourquoi il est si proche ? Tant de question sans réponses pour l’instant.

Le soleil a désormais légèrement dépassé son zénith. Il est certainement un peu plus tard que midi. Je respire l’air qui m’entoure, remplis puis vide mes poumons, tout cela en alternance. Les échanges de gaz s’opèrent pendant que je le regarde. Ça peut paraître une éternité, cependant le moment est bref et rapide. Le vent pousse une odeur vers moi en passant au préalable sur l’adolescent devant moi, je sens une odeur de cigarette. Il fume ? Qu’est-ce que ça peut me faire ? Ce n’est pas mon problème de toute manière.

Le bruit du raclement de sa gorge me sort de mes pensées et je le regarde en attendant qu’il dise quelque chose, il semble vouloir me faire une demande.

Il a faim … Il ne me l’a pas demandé clairement mais je suppose qu’il souhaiterait que je partage mon repas avec lui.
J’ouvre grand mes yeux relativement surprise par l’inconnu aux cheveux flamboyant comme des feux follets. Je ne sais pas trop quoi répondre. Et là, je me pose pleins de questions : Dois-je lui partager mon Bento ? Qui est-il ? Pourquoi n’a-t-il pas apporté à manger ? Est-ce qu’il veut me raquetter ? –soyons réaliste, s’il me parle et ne m’agresse pas c’est qu’il ne veut pas me voler. Même s’il n’a pas l’air commode. –  Pourquoi n’est-il pas partit se chercher quelque chose de solide pour remplir son ventre au réfectoire ? Et tant d’autres questions …

« Eh … Eh bien … »

Je vous ai dit, je ne sais pas quoi lui dire. Et puis tous ces questionnements qui tournent en boucle dans ma tête, c’est pire qu’un champ de bataille. Je sens de toute façon que je vais lui en poser une, minimum. Mais bon … culture japonaise oblige, je me dois de lui venir en aide. Je lui tends de ce fait ma boîte afin qu’il en prenne la moitié. Je tiens encore mes baguettes. Je ne lui dis pas pour autant un mot. Je préfère attendre et voir la suite des évènements. Il s’assied en face de moi.
Ma curiosité m’emporte, je ne lui pose pas une question mais je lui sors une phrase qui va certainement le faire réagir. Il m’en dira peut-être plus.

« Ne me vole pas s’il te plait, prends la moitié mais laisse-moi mon argent »

Revenir en haut Aller en bas

Marie couche-toi-là

Marie couche-toi-là
avatar


Âge : 18 ans
Orientation sexuelle : bi
Job : A la libraire.. ah non c'est vrai je l'ai cramé.
Messages : 154

MessageSujet: Re: [Le réfectoire] Bento, Ô mon beau Bento [Pv Seraphina Zaira]   Sam 1 Mar - 22:40


Rencontre au gré d'un estomac



Il eut l'impression de passer un examen policier pendant les quelques premières minutes qui suivirent son intrusion. Oui oui vous savez, quand on vous balance une lueur jaune dans les yeux et qu'on vous inspecte à nu sans scrupules. Sera n'avait jamais mis les pieds de cette façon là dans un commissariat, mais cela viendrait sûrement dans le futur. La jeune fille le dévisagea de la tête aux pieds sans exception. C'était un peu stressant. Sera avait l'habitude d'être vu comme un extra-terrestre et il en avait d'habitude rien à battre. Mais là il s'agissait de sa nourriture. De sa survie à cette longue et monotone journée. Et sa survie reposait entre les mains de cette fille.
Les cellules de son estomac jouaient à trap trap dans tous les sens et ses muscles faisaient leurs crise d'adolescence. Crispé dans la moindre particule de son corps, Sera osait à peine respirer et encore, cela devenait difficile.

Quand elle eut enfin fini son long interrogatoire visuel, il osa lâcher son regard pour dévorer des yeux le magnifique Bento qui reposait dans sa boîte. C'est sûrement elle qui l'avait fait, donc il n'avait aucune chance de s'empoisonner, et aucune chance de ne pas trouver ça bon. C'était juste parfait, encore plus parfait qu'un repas normal en fait... C'était presque une bénédiction.

La jeune fille semblait très surprise et assez inquiète qu'il veuille partager son repas avec elle. Ah bah ça alors tient ! C'est pas comme si tu étais en train de gratter de la nourriture à une parfaite inconnue non non non ! Et puis c'est pas non plus comme si tu avais l'air d'une racaille puant la clope habillée bizarrement non plus ! Pas du tout Sera ! Je trouve même que c'est la réaction de cette fille qui est anormale tant qu'on y est.  Trêve de plaisanterie. Il attend la réponse qui sonnera le glas de sa mort ou pas.

« Eh … Eh bien … » Ah ! Elle a parlé ! Sera stresse, il a envie de sauter du toit et de s'enfoncer sous terre, de disparaître simplement dans le néant.  Et si elle refuse ?  De un il aura l'air débile. De deux il aura faim, très faim. Non non  non c'est pas possible. Elle avait l'air adorable, elle ne pouvait pas refuser. Assez peu d'élèves mangeaient du fait-maison comme elle, il ne mettrait jamais un seul de ses atomes dans la cantine, la dernière solution serait alors de raqueter des voyous. Arff la flemme. Une lueur de supplice intense brillait dans les pupilles orange de Sera.

Elle lui tend la boîte.  Sera commence machinalement à tendre un bras pour l'attraper mais s'arrête en plein milieu du mouvement. *Je suppose que ça veut dire oui ?! Non non non et si je supposais mal ? Peut-être qu'elle s'apprête à me le lancer dans la figure ? Non non non avec sa petite bouille elle ne pourrait pas faire ça. Et si jamais elle avait une seconde personnalité, derrière sa tête d'ange ? Non Sera ! Tu es fou ! AAAAAAAAAAAAAAAH *
Il retira vivement sa main et la passa dans ses cheveux. Oh bon dieu, ce bento avait l'air si bon en plus, ce bento le regardait comme pour le narguer.
"Bwahahaha tu es un stupide abruti qui a oublié ses sous pour manger à midi ? Et bien tu ne m'auras pas bwahahaha".
Une minute de plus et Sera se serait pris à imaginer le bento sortir tout seul de la boîte et partir en criant "trololololol ! "
C'est alors que l'ange parla :

« Ne me vole pas s’il te plait, prends la moitié mais laisse-moi mon argent »


Pre..prendre quoiiiii ? La moitié ?! Mais mais, c'était super gentil ça. Sera faillit s'étouffer tout seul, les larmes aux yeux. Il mit ses deux mains sur le sol et s'inclina.

-" Merci ! Merci Merci mille fois ! Par l'enfer je jure de te rendre ce service un jour moi aussi !" Il se cogna la tête contre le sol sous le coup de l'émotion et un filet de sang commença à couler de son crâne. Il ne s'en rendit même pas compte. Très malin. Bravo.

Il prit une moitié du Bento et explosa de rire, une fois toutes ses émotions passées.
-"C'est super gentil, j'avais oublié mes sous chez moi en fait. Tu es un ange ! Aucun risque que je te vole, je suis peut-être insupportable mais pas voleur.  Je m'appelle Seraphina Zaira et toi ?

Sur ce, il engloutit sa part et la savoura en attendant sa réponse, l'air heureux.
-"Dans tous les cas c'est délicieux !"




© CN.JUNE, NEVER UTOPIA

~~~~~~~~~~~~


NON CE N'EST PAS MOI QUI AI FAIT EXPLOSER LE LABO JE VOUS JURE ! *MUR*

* P****n encore une lettre !
* Eh touche pas à mon journal ducon...
* Ceux que j'aime pas, et les autres. *
*Qui suis-je ?*

je vous fais peur en #ff9900

SeraXEmi...fufufu!


Dernière édition par Seraphina Zaira le Dim 2 Mar - 18:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: [Le réfectoire] Bento, Ô mon beau Bento [Pv Seraphina Zaira]   Dim 2 Mar - 14:08



Je hoche la tête en guise d'affirmation pour lui montrer que c'est ok, il peut prendre sa part. Le jeune garçon me regarde avec un air satisfait. Je ... Je suis un ange selon lui. Est-ce vrai ? Visiblement il est affamé, il n'arrête pas de me remercier ce qui est soit disant passant assez agréable. Il veut me rendre service ? A ces mots je lui souris Je ne sais pas vraiment si son service me sera utile mais il est toujours bien de savoir qu'on peut espérer de l'aide d'une personne. Personnellement je n'aimerais pas me sentir redevable. Peut-être avait-il l'habitude de dire qu'il doit une faveur et au final il ne fait rien ?
Attendez, il ne faut pas tirer des conclusions hâtives, c'est mal ! Et puis malgré ses apparences de « je vais te faire passer un sale quart d'heure » il semble assez gentil et amusant.

Il cogne sa tête sur le sol. Il est sérieux ? Le filet de couleur rouge coule doucement sur sa tête et il ne fait rien. Est-il maladroit lui aussi ? Tout comme moi ? Je ne veux pas le déranger, il paraît tellement emballé par la moitié du Bento que je lui propose qu'il ne semble pas faire attention au sang qui perle son crâne. Rien n'a l'air de le déranger au contraire on dirait un "je m'en foutiste".

Je ne peux pas continuer à voir cette ligne de sang sur sa peau claire. Je prends mon mouchoir de poche et lui essuie la figure. Même s'il pouvait trouver ça brusque d'une inconnue, je ne pouvais pas le laisser comme cela, le pauvre.

Au moins une chose de rassurante, il ne veut pas me voler, il avale ensuite tellement rapidement sa part que j'en suis étonnée. Il a gouffre à la place du ventre ou quoi ? Où est passée la délicieuse boule de riz ? Et les algues, où sont-elles ? Je veux lui dire qu'il devrait s'inscrire à des concours de mangeurs rapides, il terminerait certainement sur le podium. Première deuxième ou troisième place qu'importe il gagnerait une médaille, en espérant qu'il ne la mange pas ! Après tout elle n'est pas faite en chocolat comme celles qu'on recevait à la Saint-Nicolas.
Le jeune homme à la tignasse rouge éclate de rire. Qu'ai-je dit de si drôle ? Si je le fais rire c'est déjà un bon point pour moi. Je ne suis pas le clown de service mais si je mets le sourire aux lèvres de quelqu'un je vous assure que rien que cela réchauffe mon petit cœur fragile.

L'inconnu s'appelle donc Seraphina, ce nom n'a pas du tout l'air français. D'où vient-il ? Bonne question. Il faudrait que je lui demande ! Je commence seulement à manger mon riz avec mes baguettes. Je prends uniquement des petites bouchées, je ne veux pas manger comme un cochon. Il a l'air content du repas et finit même par me dire que c'était délicieux.

« Je m'appelle Saichiko, je suis ravie que ça t'ai plu. »

Un petit moment de silence se fait ressentir, je continue de me rassasier. Puis prends ensuite une grande inspiration.

« Tu n'as pas l'air d'ici non plus, d'où viens-tu exactement ? »


Cette question me trottait dans l'esprit depuis un bon moment.
En attendant sa réponse je continue de faire aller et venir mes baguettes depuis mon Bento vers ma bouche. Une fois que je finis de me nourrir, je referme la boîte et la range dans mon sac puis je me lève en frottant mes vêtements.

Revenir en haut Aller en bas

Marie couche-toi-là

Marie couche-toi-là
avatar


Âge : 18 ans
Orientation sexuelle : bi
Job : A la libraire.. ah non c'est vrai je l'ai cramé.
Messages : 154

MessageSujet: Re: [Le réfectoire] Bento, Ô mon beau Bento [Pv Seraphina Zaira]   Dim 2 Mar - 19:24


Rencontre au gré d'un estomac


Pendant qu'il dégustait son magnifique Bento, Sera sentit vaguement quelque chose couler le long de son front. Il ne se posa pas de question et l'oublia très vite.
Il devait passer pour un morfale vu la vitesse à laquelle sa portion disparaissait dans les entrailles de son estomac. C'est vrai qu'il aimait globalement manger, n'importe quoi tant que c'était bon. Tant pis s'il avait des mauvaises manières, quoique, il pourrait peut-être faire un effort cette fois-ci. Après tout c'était pas très sympa de se comporter ainsi devant une aussi gentille fille. Il grimaça gêné.

-Désolé, je suis mort de faim. Cette journée est fatigante, j'en peux plus. Quoique..c'est pas vraiment une excuse pour manger comme un porc."

La jeune fille semblait plus rassurée et n'avait plus trop peur de lui, c'était bien. Il lui sourit gentiment avant d'apercevoir du rouge dans le riz qu'il allait engloutir. Surpris, il resta la bouche ouverte, son bras en suspension. Du sang .? D'où venait ce sang ? De .... lui ? Non Non Non impossible. Seraphina tu es un imbécile.

Encore surpris de sa découverte, il regarda sans rien dire sa compagne de repas prendre un mouchoir et lui essuyer doucement le front. Il rougit prenant peu à peu conscience de l'étendue de sa connerie. Il avait du se fendre une arcade ou quelque chose dans le genre quand il s'était incliné.
Un glouton qui mangeait le visage en sang. Quelle belle image il donnait voyons. Je crois que tu n'as jamais encore fait pire Sera. Elle n'avait pas du supporter la vue du sang et avait craqué. Il prit le mouchoir de sa main pour s'essuyer lui même comme un grand en s'excusant :

-"oh pardon ! Je ne m'en étais pas rendit compte, je..désolé ! Enfin merci plutôt ! Et désolé de te déranger autant.

Il la plaignait en fait, de se faire ainsi importuner par un type comme lui.
Elle lui dit aussi qu'elle s'appelait Saichiko, ça sonnait très japonais ça comme prénom. Dans tous les cas c'était joli.

« Tu n'as pas l'air d'ici non plus, d'où viens-tu exactement ? »

Ah bah tient, il était en train de penser exactement la même chose. Il répondit en souriant.

-"Tu peux me surnommer Sera si tu veux.  Mon prénom sonne italien mais en réalité je suis norvégien. " Il se tut un instant et leva la tête pour regarder le ciel. Son sourire se fit plus mélancolique.

Il ne s'en était pas rendu compte mais son pays lui manquait un peu. C'est en perdant les choses que l'on se rend compte de leur valeur. Ce n'est pas qu'il regrettait sa famille au contraire, mais la mer, le froid, la neige et les bois sombres, il avait envie de s'y perdre une nouvelle fois. Il avait envie de sentir le vent dans ses cheveux et de contempler la beauté des Fjords une dernière fois. Saichiko ne pouvait pas comprendre, elle ne devait jamais avoir mit un pied là bas et ne connaissait peut-être même pas le nom de son pays. Pourtant il avait bien envie de lui décrire tout cela et même de lui montrer les photos qu'il gardait dans son téléphone.

-"Je suis venu en France pour pouvoir étudier correctement. C'est la branche scientifique qui m'intéresse. Mais je n'arrive pas à contrôler mon mal du pays. La nature là-bas me manque cruellement." Il avait envie d'essayer de lui décrire ce qu'il ressentait envers son pays, mais c'était probablement pas le moment. Et puis elle ne comprendrait peut-être pas. Oh bon dieu Sera ! Depuis quand es-tu devenu si coincé ?

-" Enfin passons, je te montrerais des photos de là-bas si tu veux ! Et toi ? Tu viens du Japon non ? Tu ne regrettes pas ton pays non plus ? Pourquoi es-tu ici ?"

Il se leva lui aussi et alla se caler contre la rambarde deux mètres derrière en allumant une autre cigarette.


© CN.JUNE, NEVER UTOPIA

~~~~~~~~~~~~


NON CE N'EST PAS MOI QUI AI FAIT EXPLOSER LE LABO JE VOUS JURE ! *MUR*

* P****n encore une lettre !
* Eh touche pas à mon journal ducon...
* Ceux que j'aime pas, et les autres. *
*Qui suis-je ?*

je vous fais peur en #ff9900

SeraXEmi...fufufu!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Le réfectoire] Bento, Ô mon beau Bento [Pv Seraphina Zaira]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Le réfectoire] Bento, Ô mon beau Bento [Pv Seraphina Zaira]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bento et porcelaine.
» TEMOIGNAGE D'UN BEAU-CORPS DEVENU ADVENTISTE !
» LE PROFILE D'1 BEAU- CORPS LAVALASSIEN DE PETIT-GOAVE..
» Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier
» Pour faire un beau texte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lumen :: Hors-jeu :: Archives :: Anciens RPs :: Abandonnés-