AccueilRechercherGroupesS'enregistrerConnexion



 
><

Partagez | 
 

 Lu-Hsing. L'histoire d'un enfer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Agité

Agité


Âge : 30 ans
Orientation sexuelle : ce qu'il veut et quant il veut.
Job : Bijoutier
Messages : 79

MessageSujet: Lu-Hsing. L'histoire d'un enfer.    Sam 22 Mar - 21:09



 
Shinsuki
Lu-Hsing
 


 
« Les libertés ne se donnent pas, elles se prennent.  »

 
       
       
   
 

         

             
Informations

                 ¤ Surnom : Shinsu
                ¤ Origine :Coréenne (nord)
                ¤ Âge : 30 ans          
                ¤ Sexe : Masculin
                ¤ Orientation sexuelle : Ce qu'il veut.

               ¤ Travail au lycée ? : Oui[] Non[X]
               ¤ Si vous ne travaillez pas au lycée, quel métier en ville exercez-vous ? : Ancien tatoueur, bijoutier.


             

       
Image du personnage
 

   
Description

       

         
♪ Une illusion ♪

             

 Une âme souillée, un corps beau mais défiguré. Qui suis-je pour vivre encore dans ce monde ?
 On me disait souvent que j'étais beau. Cette beauté apparente qui recouvrait mon corps et éblouissait les autres au point de les empêcher de voir qui j'étais vraiment. Je déteste et j'aime à la fois cette beauté qui se dresse comme une barrière et qui me permet pourtant de tromper et abuser les autres personnes.
 La glace en face de moi reflète un jeune homme maigre de taille moyenne, habillé en kimono traditionnel, pipe à la main.  Oui, autant le dire tout de suite, qu'il a l'habitude de fumer la pipe. Ses traits sont fins, ses cheveux bruns foncés et sa peau blanchâtre. Il porte les restes d'une noblesse déchue, ce qui lui donne des airs d'homme riche et sérieux.
 J'explose de rire à la vue de ce mensonge hilarant. Cette fameuse enveloppe sur laquelle tout le monde se focalise, sans même prendre la peine de regarder la lettre à l'intérieur.
 On raconte souvent que les yeux sont les fenêtres de l'âme, ce qui s'illustre parfaitement dans mon cas. Ils sont verts émeraude, une couleur héritée d'un ancêtre européen. Misère, tristesse, solitude, horreur, dépravation et impureté. Ces souillures qui me hantent jour et nuit s'y reflètent, et perturbent, je l'ai déjà remarqué, la plupart des gens.
 Hélas, la beauté est un ange capricieux et fragile. Une simple lame d'acier peut par inadvertance en détruire la quasi-totalité. J'ai perdu mon oeil gauche lorsque j'ai voulu m'enfuir de la Corée du Nord, un simple hasard et manque de chance qui restent gravés sur mon corps, et que je finis par accepter malgré la douleur. Car à telle âme pervertie convient tel corps enlaidit. Ainsi je n'arrive plus à tromper les gens sur mon innocence, même en cachant quotidiennement les cicatrices et l'horreur avec des bandelettes blanches, un cache oeil, ou des mèches de cheveux.

             

       

       

         
♪ La vérité ♪


             

 Entre ce que je semble être et ce que je suis vraiment se dresse un gouffre qui surprend souvent et intrigue. Les gens s'avancent pour me parler et me disent "bonjour ! " Ils n'obtiennent en retour rien d'autre qu'un regard silencieux et un faible sourire de ma part. Pourquoi ? Parce que, à moins d'y voir mon propre intérêt personnel, je ne m'intéresse pas aux autres. Je ne vous aiderai pas. Je ne vous donnerai pas de conseil. La seule chose que vous obtiendrez c'est un rire moqueur si vous êtes drôle. De nature calme, je préfère peser mes mots avant de parler, et ne pas gaspiller ma salive. Mais je sais ouvrir ma grande gueule au bon moment si besoin se fait. Je suis peut être trop faible pour me défendre physiquement, mais je ne pense pas que quiconque puisse m'influencer mentalement. Les horreurs de la guerre civile et de la répression s'en sont déjà chargés. Elles ne laissent personne intact, elles brisent, renversent et tuent. Même après être sorti de cet enfer qu'est la Corée du Nord, je ne suis plus le même, mon âme est souillée et mon corps marqué à vie. Ces abominations m'ont enlevé les yeux pour pleurer et m'ont fait oublier que j'avais une voix pour hurler. Elles ont laissé un trou béant dans mon coeur et un goût amer qui grandit de jour en jour. Je mens, je trompe, je rejette, je me moque, je joue avec les personnes autour de moi en rigolant de leur pitié, comme un chat jouerai avec une souris, j'y prends un plaisir malsain et sadique qui m'enfonce un peu plus dans la souillure. Mais je n'ai plus envie de faire autrement, je n'en ai plus la force. J'attend simplement la mort en profitant de ce monde sale. Personne ne mérite de pitié, nous sommes tous autant des monstres les uns que les autres et j'en suis la preuve vivante.  

             

       

 

 

   
La chute

       



Je suis né en Corée du Nord à Kijong-Dong, une village proche de la frontière sud-coréenne, j'avais deux petites soeurs, un père de classe moyenne et une mère amante, qui faisaient de leur mieux pour vivre. Dans mon enfance, j'ai le souvenir de quelques amis avec qui j'allais m'amuser. En bref, j'étais qu'un simple gosse et une bouche de plus à nourrir aux yeux des adultes.


Hélas la chance est un démon sadique qui se joue de nous avec une finesse incroyable. Mon père mourut à l'âge de 43 d'un cancer des os, ce fut fulgurant et en trois semaines, son âme voyageait déjà vers d'autres mondes, nous laissant seuls face au danger. J'avais alors douze ans et mes deux soeurs en avait respectivement dix et onze. Même en faisant des petits boulots par ci et par là, je n'arrivais pas à ramener assez d'argent pour payer le loyer. Nous étions sujet des moqueries de tout l'entourage et notre vie se transformait en enfer. La frontière semblait proche, belle et attirante, synonyme de liberté, et elle l'était de plus en plus au fil de jours. La faim commençait à nous torturer petit à petit, s'insinuant dans nos esprits. Le propriétaire nous mit à la porte sans hésitation un mois après la mort de mon père. A partir de ce soir là, tout alla très vite. Ma mère nous prit par la main les larmes aux yeux et on sorti en silence du village, avec nos affaires réunies dans un sac, conscients du danger, mais mit à bout par la misère. On marcha toute la nuit dans le froid et la peur, sursautant à chaque bruit, la terreur nous prenant petit à petit. Le fleuve était proche, j'étais déjà sur la rive, prêt à sauter dans l'eau. Tout était trop beau, l'illusion ne dura qu'un instant. Des bruits de pas et des ordres fusèrent dans tous les coins et je sentis ma mère crier et me pousser violemment dans l'eau. Par instinct, j'attrapais aussi ma plus jeune soeur et je nageais en suffoquant, le courant m'emportant à moitié, les muscles fatigués. J'entendais vaguement un mélimélo de cris derrière moi mais je cherchais juste à nager, nager en serrant le bras de ma soeur.
En théorie, une fois sur l'autre rive, les soldats ne peuvent plus rien nous faire. Ce n'est pas le cas pour ceux qui restent là bas. Je me hissais sur le sol en rampant, trempé et glacé jusqu'aux os, je sanglotais dans le noir et serrais ma soeur contre moi pour l'empêcher de voir le spectacle affreux qui avait lieu sur l'autre rive. Ces chiens ne mirent pas longtemps pour attraper ma mère et ma deuxième soeur en leur arrachant leurs vêtements et pour assouvir leur rage sur elles. J'entends encore leurs derniers cris d'agonie et je revois leur visage défiguré par la douleur et les larmes. Cela ne dura pas longtemps, ils jetèrent les cadavres dans le fleuve peu après et s'en allèrent. Je restais à pleurer avec ma soeur immobile jusqu'au matin saas bouger, incapable de faire autre chose. Je me souviens plus du reste, mais une patrouille sud-coréenne nous aurait trouvé et recueillit. Quand je suis sorti de l'état de choc, j'étais dans un centre de ré-insertion réservé aux réfugiés.
Durant les années qui suivirent, j'eus tout le loisir de découvrir que la société n'accordait pas de place aux réfugiées comme nous. Ma soeur et moi mendions quasiment la plupart du temps. A l'âge de 16 ans, je décidais de partir de la Corée du sud pour remonter vers la Chine et plus haut, ayant eut l'opportunité de pouvoir payer un passeur. Tout ne se passa pas comme prévu au moment de débarquer. Des hommes qui nous attendaient dans le noir s'emparèrent de ma soeur, sûrement pour abuser d'elle et la vendre à un homme chinois et me rouèrent de coup pour me jeter dans un fossé, sous le regard malsain du passeur soudoyé. C'est la que l'un deux s'amusa à me torturer avec son sabre, me crevant un oeil au grand plaisir des autres.


Je réussis à ramper jusqu'à un temple protestant dans lequel les moines m'accueillirent et me soignèrent. Mon esprit  brisé n'arrivait plus à réfléchir et pendant les semaines qui suivirent je m'enfermais dans un mutisme qui allait me poursuivre le reste de ma vie. Les moines me conseillèrent un orfèvre du quartier qui accepta de me tester comme apprenti. Dans la souillure, il arrive de rencontrer des âmes bonnes qui nous illuminent. Cet homme en fit partie. Je faisais de mon mieux pour progresser et ne rechignait pas au travail. Il m'apprit à lire, à écrire et me transmit son métier avec une patience sans faille.
Il me céda sa boutique dans son testament, et je pris sa suite  pendant la dizaine d'année qui suivirent. Supportant chaque jour ce pays corrompu, ces trahisons, ces violences que tout le monde faisait semblant d'ignorer, et économisant le plus possible pour m'évader ailleurs. Mes années de souffrances ne furent pas vaines et exactement 14 ans plus tard, j'avais assez d'argent en vendant la boutique en plus de mes économies pour me prendre un billet d'avion et un passeport pour la France, et pour louer une petite boutique là-bas. De quoi monter une petite bijouterie et finir ma vie dans un endroit un peu moins sale. Je me vengeais à ma propre façon en jouant avec toutes les personnes que je pouvais croiser, en éprouvant un mépris profond pour moi même et tout ce qui m'entourait.


       

 

 

 

   
Lycée Lumen


       ¤ Une rapide présentation ? (:  :Rousse matheuse + métalleux chimiste drogué = moi
       ¤ Code du règlement : Validé by le balafré
       ¤ Remarque(s) sur le forum ?Il est jouli bwahahaha
       ¤ Premier compte ? Oui[] Non[X]
       ¤ Comment avez-vous trouvé le forum ? Je ne m'en souviens plus  

 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Lu-Hsing. L'histoire d'un enfer.    Dim 23 Mar - 2:39

Wow... Ça promet, dis-moi ! Bienvenue ! ;P
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Lu-Hsing. L'histoire d'un enfer.    Ven 28 Mar - 21:50

Bienvenue !
Shinsuki !


Hee !  
Bah alors ! A qui est ce DC? Je suis jamais prévenuue :/ Donc voilaaa Re-Bienvenuuu a priori *_*
Sinan personnage très interessant, Et ces images pour débuté les romans vennaaaaaaaaaant  amour +99999991829599993 !
Voila voialaaa, bisouuuus
Revenir en haut Aller en bas

Agité

Agité


Âge : 30 ans
Orientation sexuelle : ce qu'il veut et quant il veut.
Job : Bijoutier
Messages : 79

MessageSujet: Re: Lu-Hsing. L'histoire d'un enfer.    Sam 29 Mar - 11:41

Merci vous deux ! *^*

C'est le DC de Louna ! (oh je vois que mes images font déjà fureur ! XD )

~~~~~~~~~~~~





#ff0000
Qui suis-je ?
My Diary.


Shinsu X thomas ♥:
 

rape face....:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

& doué en la matière
& doué en la matière


Âge : 20 ans
Orientation sexuelle : M'approche pas. J'acceptes tout le monde, mais pas n'importe quoi.
Job : Professeur de Sport
Messages : 654


Tous mes badges:

MessageSujet: Re: Lu-Hsing. L'histoire d'un enfer.    Sam 12 Avr - 1:10

Bienvenue DC de Louna! xD

Trop fatigué pour écrire autre chose! -w-
En tout cas, je te valide! =)

~~~~~~~~~~~~

Onii x Kuro
Mis à jour le: 17/02/2015:
 


Hum? Me parler? Ok, mais pas en #3333ff, elle est à moi ... A moins qu'tu sois suicidaire...
Crédits: La grande majorité des images de mon personnage sont des Fanart fait par Palito-de-Pan (et retouchées par moi)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://masterxservant.forumactif.org/



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Lu-Hsing. L'histoire d'un enfer.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Lu-Hsing. L'histoire d'un enfer.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lumen :: Administration :: Personnage :: Présentations :: Fiches acceptées-